Groupe LémaniqueCCS Groupe Lémanique

Bulletins du club

Mai 2008

Croisière aux Cyclades : la bonne recette

Ingrédients nécessaires :

• Un Gibsea 43 en ordre de marche
• Une meute de chiens errants
• Un alternateur en grève
• Une barre à roue qui refuse d’actionner le safran
• Un quai en construction depuis ???? ans
• Un bon coup de vent à 9-10 Bft

Petite mise en bouche :

Accueil parfait chez Kiriakoulis à leur base de Kalamaki. Prise en main du bateau ; horreur ! Ils ont remplacé la GV par un store à rouleau.

En entrée :

L’avantage à Kalamaki, c’est que le ponton du loueur est près du chantier, lui-même à côté des sanitaires (mais les douches n’ont pas d’eau chaude) ; le problème est la meute de chiens errants qui se croient obligés de garder l’entrée dudit chantier. Il a donc fallu remplacer l’Ouzo de 20 h par une visite éclair aux urgences de l’hôpital local pour effectuer une réparation de fortune sur ma cuisse droite (heureuse circonstance, mon dernier rappel anti-tétanique datait du siècle dernier)

En entremets :

Navigation sans histoire avec mouillage devant le temple d’Apollon au cap Sounion, idem à Kea et Paros.

En plat principal :

Santorin ; vraiment impressionnant lorsque l’on entre dans la caldeira ; le problème est que l’amarrage le long du quai est intenable, secoué par des vagues venues du fond de la préhistoire. Idem cul à quai, car 30 mètres de fond à 20 mètres du quai, ce n’est pas terrible quand on a 50 mètres de chaîne à disposition.

On se rabat donc sur une tonne destinée aux bateaux de croisière, heureusement rares à cette époque de l’année. Prise de coffre épique avec ces vagues, sur fond sonore d’une alarme indiquant que l’alternateur a entamé une grève sauvage.

Au départ le lendemain, pour épicer la situation, la barre à roue décide de se désolidariser du safran (une bête vis à 5 centimes qui aurait pu coûter le prix du bateau !)

La bonne nouvelle est que le pilote automatique fonctionne, mais on ne peut plus charger la batterie qui l’alimente. Les 50 milles jusqu’au chantier de Paros (le seul qui puisse nous dépanner), sous barre franche de secours remplace allégrement un abonnement annuel à une salle de fitness.

Au dessert :

Mykonos ; fort coup de vent annoncé, on cherche donc refuge dans la marina qui, selon Imray, devait être terminée en 2003. La seule place utilisable est une extrémité de quai en construction. Le gravier recouvrant le béton brut est un excellent abrasif pour nos amarres (doublées pour les pointes et triplées pour les gardes), surtout par force 9-10. Les pare-battage, plus adaptés à un 470 qu’un 43 pieds n’ont évidemment pas pu jouer leur rôle, d’où quelques éraflures sur le pauvre liston en alu qui n’en demandait pas tant.

Digestif :

La maison vous recommande le Metaxa, sorte de cognac local.

Pour le groupe lémanique
Alain Borgeaud
ccsleman Conférence : Un projet mini pour aventure maxi par Markus Burkhardt : Vous pouvez vous connecter sur sa page… https://t.co/XsIo1QqVty
ccsleman Mardi 23.11: Conférence Navigation électronique sur tablette par Christian Genillard à l'Hôtel de ville Bussigny 19… https://t.co/fOwAIl36aw

Login Form

Loading ...